Actualité

Les images de Jane Kaczmarek en guest-star dans la série This Is Us

11 ans après Malcolm, l’actrice de 62 ans continue de papillonner de série en série sur le petit écran US.

Les fans les plus enthousiastes, nostalgiques ou simplement physionomistes de Malcolm qui suivent actuellement la série à succès This Is Us ont eu une bien jolie surprise cette semaine, dans l’épisode 3.03, en y découvrant — dans le rôle secondaire d’une certaine « Mrs Phillips », l’actrice Jane Kaczmarek : inoubliable mère despotique de notre tête d’ampoule favorite. Un come-back qui fait plaisir ! La dernière apparition « marquante » de l’actrice à l’écran ayant été son rôle de psychologue dans un épisode de la sitcom The Big Bang Theory, en 2016.

C’est histoire d’une famille (encore)

Lancée en septembre 2016 sur la chaine NBC aux États-Unis, la série This Is Us entame sa troisième saison en cette rentrée. C’est dans le troisième épisode de cette nouvelle saison (titré « Katie Girls ») que Jane Kaczmarek apparaît. Un joli coup de projecteur pour l’actrice, puisque la série rencontre un succès grandissant, et passionne une solide communauté sur les réseaux sociaux. Le public français peut, entre autres, la suivre sur la plateforme Canal Play et, plus récemment, en clair sur la chaine 6ter (canal 22 de la TNT).

La série suit l’histoire d’une famille, tout particulièrement une fratrie de trois jeunes gens qui ont en commun… leur date d’anniversaire ! Les épisodes sont entre autres l’occasion d’explorer le passé de la famille, à différentes époques.

Les tribulations télévisuelles de Jane

Se faisant assez rare et multipliant les petits rôles éphémères depuis l’arrêt de Malcolm en 2007, Jane Kaczmarek souffre de la comparaison avec l’irrésistible ascension de celui qui fut son époux fantasque à l’écran durant 7 saisons : Bryan Cranston (Hal). Tandis que ce dernier triomphait en Walter White dans la désormais culte série Breaking Bad, et parvenait même à percer le plafond de verre qui sépare souvent petit et du grand écran en y tenant des rôles de plus en plus remarqués (entre autres, le remake US du film Intouchables que l’on vous annonçait il y a quelques jours, où il reprend le rôle principal de François Cluzet), l’actrice, quant à elle, peinait à s’installer dans un rôle durable, au sein d’une série notable et pérenne. Une trajectoire discrète, qu’on ne sait attribuer à une bonne étoile capricieuse, à un désintérêt des producteurs ou alors, simplement, à un choix délibéré de l’actrice, mère de trois enfants, de se concentrer sur sa famille, comme cela a été le cas pendant un long moment.

Pourtant, Jane Kaczmarek est loin d’avoir complètement chômé ces 10 dernières années. En plus de ses quelques contributions en tant que doubleuse pour des séries animés (dont Les Simpson), les « sérievores » les plus acharnés ont eu bien des occasions de la croiser, ici et là, dans plusieurs des séries les plus populaires du moment, sans compter les quelques nouveautés auxquelles elle a participé, avec plus ou (surtout) moins de succès. L’actrice a, en effet, vu ses deux projets les plus ambitieux tourner court en quelques épisodes seulement, tout d’abord avec Raising the Bar (2008-2009, seulement 25 épisodes) ou, plus récemment, Us and Them (2013-2014, seulement 7 épisodes, et carrément inédite dans les pays francophones !).

Finalement, c’est en tant que guest dans des séries très populaires que Jane Kaczmarek s’est le mieux distinguée, et a fait plaisir à ses fans les plus fidèles. La plus emblématiques et remarquables de ces apparitions est probablement la jubilatoire fin alternative de Breaking Bad, où elle reprenait son rôle de Lois, auprès d’un Bryan Cranston lui-même de retour dans le pyjama de Hal, réveillé d’un atroce cauchemar où il… dealait de la drogue ! Un clin d’œil et une belle démonstration d’humour qui avait fait la joie des spectateurs à travers le monde. En plus d’autres rôles ponctuels dans The Big Bang Theory ou New York : Unité spéciale, Jane Kaczmarek a fait d’étonnantes apparitions dans The Middle, la série jumelle (pour ne pas dire « plagiaire ») de Malcolm… in the Middle. Bonne joueuse, Jane !

L’actrice serait-elle victime d’une forme de malédiction « post-Malcolm » et d’un rôle culte qui la suit comme son ombre ? En tout cas, sa prestation de mère autoritaire a dû forger son image, car c’est la plupart du temps dans des rôles de femmes fortes à hautes responsabilités (avocate, juge ou docteur) qu’on a l’occasion de la voir. Espérons que l’actrice finira par faire un grand retour plus stable, définitif et couronné de succès à la télévision.

Sur le même sujet

Mots clés : , , ,

Commentaires