Série

Le saviez-vous ?

Frankie Muniz (Malcolm) dans © Twentieth Century Fox Film Corporation
Frankie Muniz (Malcolm) dans "Émancipation" (saison 3, épisode 2).

Quel est le nom de famille de Malcolm ? Pourquoi les DVD ont-ils tardé à sortir ? Où se trouve la maison que l’on voit dans la série ? Pourquoi la série a-t-elle été arrêtée ? Toutes les réponses aux questions que vous vous êtes toujours posées – et même celles dont vous n’aviez pas idée ! – sur Malcolm, la série, les personnages, les acteurs, sans jamais oser le demander !

La série

Production

Après le tournage du pilote, les choses étaient plutôt mal engagées puisque le panel de téléspectateurs (des personnes sélectionnées pour visionner l’épisode et donner leur avis avant que la série ne soit adoptée ou rejetée par la chaîne FOX) n’était pas très enthousiaste et déplorait le côté trash et immoral, notamment en ce qui concerne le personnage de Lois. La FOX est heureusement passée outre, d’autant que beaucoup d’épisodes avaient été déjà tournés, et l’épisode « Je ne suis pas un monstre » a été suivi par près de 23 millions de téléspectateurs aux États-Unis. Les péripéties relatives à la venue au monde de Malcolm sont largement expliquées dans A Stroke of Genius, un bonus du coffret DVD de la série.

En savoir plus

Twentieth Century Fox Film Corporation

Le générique de « Malcolm in the Middle ».

En France, on connait tous la série sous le nom de son personnage principal, Malcolm. Le nom original de la série, lui, contient plusieurs sens. Outre-Atlantique, Malcolm devient Malcolm in the Middle, littéralement « Malcolm au milieu ». Le « in the middle » désigne d’abord le fait que Malcolm soit le héros de la série, mais aussi sa position initiale dans la famille, puisqu’il est à la maison entre son petit frère Dewey et son grand frère Reese, alors que Francis est éloigné en école militaire. Enfin, ce même terme désigne aussi la position sociale de Malcolm et toute sa famille, la fameuse middle-class (classe moyenne) américaine.

Acteurs, réalisateurs, scénaristes, cameramen, décorateurs, éclairagistes, photographes… En tout, plus de 250 personnes travaillaient sur Malcolm !

En savoir plus

À grand renfort de promotion, le pilote de la série a réuni près de 23 millions de téléspectateurs le 9 janvier 2000 sur la FOX. Mais ce n’est pas pour autant la meilleure audience de la série, puisque la semaine suivante, un million d’américains supplémentaires ont regardé l’épisode 1.02 – « Alerte rouge » (Red Dress). Par la suite, on peut approximativement établir en moyenne que la saison 2 a captivé 14,6 millions de téléspectateurs, la troisième 12,5 millions, la quatrième 10,7 millions, 8 millions pour la cinquième, 5,3 millions pour la sixième et enfin seulement 3,4 millions pour la dernière. Une chute sur les dernières années qui peut être en partie expliquée par les choix de programmation de la FOX. Le dernier épisode de la série, « Malcolm président » (Graduation), a réalisé l’honorable performance de 7,46 millions de fidèles au rendez-vous pour suivre l’ultime aventure de Malcolm.
En France, la série réunit chaque midi environ 1,5 million de téléspectateurs pour une part de marché qui dépasse parfois les 30 %. Lors de la semaine du 31 juillet au dimanche 6 août 2006, la série réalise un record avec une part de marché de 30,7 % auprès des ménagères de moins de cinquante ans, cible fétiche des annonceurs (source : Médiamétrie). Un réel succès qu’aucun autre programme ne semble rencontrer le midi sur la chaîne, ce qui la pousse à multiplier les rediffusions de Malcolm.

En savoir plus

Le doublage a été confié à Libra Films sous la direction de Catherine Le Lann. La société parisienne a su s’entourer d’acteurs de talent, tels que Brice Ournac (Malcolm) qui est depuis la voix française officielle de Frankie Muniz et qui double régulièrement Haley Joel Osment, Marion Game (Lois) que l’on peut voir dans différents films tels que la série des Mon curé chez…, C’est pas parce qu’on n’a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule, plus récemment dans la série Scènes de Ménage et qui a à nouveau prêté sa voix à Jane Kaczmarek pour le téléfilm Jenifer, Jean-Louis Faure (Hal) qui double le Colonel dans Spirit : l’étalon des plaines, Donald Reignoux (Reese, saisons 3 à 7) dont la voxographie prendrait des pages entières ou Benoît Allemane (le Commandant Spangler), que l’on entend notamment dans de nombreuses publicités (Frosties, CanalSat…) donnant ainsi à la série une version française de très bonne qualité.

En savoir plus

Showshank Films / The Corporation

Le DVD « Malcolm » saison 6, édité par Showshank Films et The Corporation.

La première saison de Malcolm est sortie aux États-Unis fin 2002. Ce coffret était disponible en zone 1, avec une piste audio française, celle entendue sur M6. Mais pendant de longues années, la sortie française, et même européenne des coffrets s’est faite attendre. Il existait en effet un problème concernant l’acquisition des droits musicaux pour les épisodes postérieurs à la saison 1 : la FOX n’avait pas acquis les droits d’exploitation des musiques originales entendues dans les épisodes pour une utilisation autre que la télédiffusion. Les années passant, même les fans les plus mordus de la série avait fini par baisser les bras…

Et soudain, en 2012, la société anglaise Fabulous Films annonçait la sortie imminente des 7 saisons sur le territoire britannique. Et l’année suivante tombait la nouvelle que l’on attendait plus : la commercialisation de la série en VF chez nous. Ce sont les sociétés parisiennes Showshank Films et The Corporation qui ont permis aux fans français de mettre leurs mains sur ces précieux coffrets disponibles en magasins et sur Internet, et dont la sortie s’est étalée sur 2014 et 2015.

En savoir plus

Showshank Films / The Corporation

L’interview de Linwood Boomer réalisée pour les DVD Français de « Malcolm ».

Né le 9 octobre 1956 à Vancouver (Canada), Linwood Boomer est à la fois le créateur et le producteur exécutif de Malcolm. Durant son enfance, Linwood fut placé dans une classe pour enfants surdoués, une expérience qu’il a plutôt mal vécue mais qui lui a servi à imaginer le pitch de la série ! Il était aussi le troisième d’une famille de quatre enfants, tout comme Malcolm dans les premières saisons. Avant de devenir producteur de télévision, Linwood Boomer a participé en tant qu’acteur à différentes séries TV, son rôle le plus célèbre étant celui d’Adam Kendall dans La petite maison dans la prairie. Pour l’anecdote, Linwood Boomer apparaît dans le dernier épisode de Malcolm dans le rôle du prêteur sur gage, et sous le pseudonyme d’Enzo Stussi.

En savoir plus

En sept ans d’existence, Malcolm a remporté pas moins de 35 récompenses !

  • Un American Choreography Award pour le chorégraphe Fred Tallaksen (2004),
  • un Eddie Award pour la responsable du montage Nancy Morrisson (2001),
  • deux American Comedy Awards respectivement pour Jane Kaczmarek et Bea Arthur (2001),
  • un BMI TV Award pour They Might Be Giants (2000),
  • un British Comedy Award (2003),
  • un Artios Award pour les responsables du casting Mary V. Buck et Susan Edelman (2000),
  • un Directors Guild of America Award pour le réalisateur Todd Holland (2002),
  • deux Emmy Awards pour Cloris Leachman (meilleur guest féminin, 2002 et 2006),
  • un autre Emmy pour Mark Scheib et Steve Welch (montage, 2003),
  • deux Emmy pour Todd Holland (réalisation, 2000 et 2001),
  • deux autres récompensant le scénario (Linwood Boomer en 2000, Alex Reid en 2001),
  • un Family Television Award pour Jane Kaczmarek (2001, à égalité avec l’actrice Lauren Graham),
  • un Grammy Award pour They Might be Giants (2002),
  • trois Blimp aux Kids’ Choice Awards (un pour la série en 2001 et deux pour Frankie Muniz en 2003 et 2004),
  • un Nova Award pour Linwood Boomer (production, 2001),
  • un Peabody Award (2001),
  • deux Golden Satellite Awards respectivement pour Frankie Muniz (2001) et Jane Kaczmarek (2004),
  • deux Television Critics Association Awards pour Jane Kaczmarek (2000 et 2001),
  • un Writer Guilds of America Award pour Neil Thompson (scénario, 2005),
  • sept Young Artist Awards (un pour la série en 2002, un pour l’ensemble du casting en 2003, et quatre pour des jeunes acteurs, respectivement Frankie Muniz en 2001 et 2002, Craig Lamar Traylor en 2001, Brooke Anne Smith en 2002 et Cameron Monaghan en 2005),
  • un Young Star Award pour Frankie Muniz (2000).

Il faut également noter que Jane Kaczmarek a été nommée aux Emmy Awards durant les sept années de Malcolm dans la catégorie Meilleur second rôle dans une série comique… sans jamais remporter le prix. Bryan Cranston a quant à lui été nommé trois fois dans cette catégorie, et a été aussi malheureux que sa partenaire. Depuis, il s’est rattrapé en raflant quatre Emmy Awards et un Golden Globe pour son rôle dans la série Breaking Bad.

Diffusée du 9 janvier 2000 au 14 mai 2006 aux États-Unis sur la FOX, la série a un beau vécu ! Pas moins de 7 saisons pour un total de 151 épisodes.
Cependant, il n’y aura pas davantage d’épisodes puisque la production de la série a été arrêtée il y a déjà pas loin de 15 ans !

En savoir plus

Le 17 janvier 2006, la FOX a officiellement annoncé l’arrêt de la série après la septième saison. La fin est en partie due aux faibles audiences que récoltait la série sur sa dernière saison, notamment à cause de changements d’horaire. On peut aussi parler du départ de Linwood Boomer aux commandes de la série à partir de la saison 6. Finalement, la fin de Malcolm était inévitable et résulte d’une mauvaise programmation des saisons 6 et 7 par la FOX ainsi qu’un constant désintérêt du public américain.

Chaque épisode dure environ 21 minutes, le format de rigueur pour les séries comiques américaines. Cependant, le pilote a une version longue de 25 minutes, raccourcie lors de la diffusion française.

DR

La série « Malcolm » est diffusée sur Fox depuis le 9 janvier 2000.

La chaîne américaine FOX, qui détient les droits de la série, fut la première à diffuser Malcolm in the Middle le 9 janvier 2000. En France, c’est le 24 décembre 2001 que nous avons pu la découvrir sur M6 sous son titre français, Malcolm. Certains se souviennent que Série Club a rediffusé les deux premières saisons, avant qu’une autre filiale de M6, Paris Première ne s’empare du phénomène. Parmi les chaînes de télévision les plus connues diffusant les aventures de la famille-sans-nom, on peut citer Sky One, BBC2, 5*(Grande-Bretagne), TV3 (Irlande), Global TV, YTV, Télé Québec (Canada), Nine Network (Australie), TV3 (Nouvelle-Zélande), Pro Sieben (Allemagne), Veronica (Pays-Bas), Kanaal 2 (Belgique), TSR 1 (Suisse), Polsat (Pologne), Italia 1 (Italie), Antena 3 (Espagne), Bip Channel (Israel), ORF 1 (Autriche), SIC-Radical (Portugal), M-Net (Afrique du Sud) ou encore Star World pour l’Asie et MBC 4 pour le Moyen-Orient.

Après moins d’un an à l’antenne sur FOX, un projet de film Malcolm avait été mis en chantier. New Regency Films et 20th Century Fox avaient donné leur feu vert pour la production d’une version cinématographique de la série, notamment grâce à l’énorme succès rencontré par la première saison sur la FOX.
Le 12 décembre 2000, Sanford Panitch, président de la production chez New Regency Films, avait fait l’annonce de ce film, qui devait être produit et écrit par Linwood Boomer lui-même, en association avec Jill Condon et Amy Toomin, et sous la direction de Kara Francis, vice-président de la production chez New Regency Films.
Tout comme la série, l’adaptation cinématographique devait suivre les aventures de Malcolm et sa famille.
Linwood Boomer avait à l’époque déclaré :

« J’étais intrigué à l’idée de transposer la série sur grand écran. Je voulais attendre qu’on finisse de tourner la première saison et qu’on trouve une idée de scénario qui ne serait pas réalisable dans la série. Les fans de la série télé ne seront pas déçus, je pense. »

Linwood Boomer

Sanford Panitch, de chez New Regency Films, avait pour sa part commenté :

« Malcolm est un concept idéal à adapter en film, et nous espérons que le succès sera encore plus important au cinéma. »

Sanford Panitch

Mais alors pourquoi le film n’a jamais vu le jour ? La question reste entière… Un facteur pourrait être le fait que les scénaristes devaient d’abord s’occuper d’une saison 2 de 25 épisodes remise en question par la croissance express des enfants. Il faut aussi savoir que beaucoup de films sont mis en projet sans réellement aboutir.
Aujourd’hui, à voir l’évolution de la carrière des acteurs depuis la fin de la série, il est douteux qu’un film dérivé de la série Malcolm ne verra jamais le jour, et de toute façon, aucun projet de ce type n’a été annoncé depuis… même si certains acteurs, dont tout de même Bryan Cranston, Justin Berfield et Frankie Muniz, se sont déclarés partant si le projet venait à voir le jour. Un retour de la série sous forme de nouvelle saison aurait également été évoqué en interne chez la chaîne FOX, sans que rien de concret ne se fasse… pour le moment.

Romain Douilly, à qui l’on doit la voix de Reese pour les deux premières saisons, a laissé tomber le doublage de la série suite à un déménagement. Donald Reignoux a alors été contacté par la société de doublage qui lui a laissé carte blanche pour reprendre la voix du personnage pour les saisons suivantes. Il se trouve que le personnage de Reese lui allait « comme un gant », selon les propres termes de Donald !

En savoir plus

Les six acteurs principaux de Malcolm restent joignables et vous pouvez donc leur envoyer une petite lettre pour leur témoigner votre admiration. À noter que Bryan Cranston était réputé pour prendre le temps de répondre à tout son courrier et à vous envoyer des photos dédicacées… jusqu’à récemment puisque l’acteur, submergé de courriers, a annoncé qu’il ne pouvait plus prendre le temps d’y répondre. Attention tout de même, si vous voulez espérer une réponse, veillez à inclure un coupon-réponse international dans votre courrier, que vous aurez bien sûr écrit en anglais ! Il ne vous reste plus qu’à attendre, et cela peut prendre plusieurs mois.

En savoir plus

Il aura fallu attendre près d’une décennie pour voir Malcolm éditée en DVD en Europe, sachant que la série n’est toujours pas sortie dans son pays natal, les États-Unis, où seule la première saison avait été mise dans le commerce avant que des questions de droits musicaux n’empêchent l’édition des saisons suivantes.

S’il existe bien des versions haute définition de la série, qui ont notamment été utilisées outre-Atlantique sur Netflix et Amazon Prime, il est très improbable qu’une édition Blu-ray soit un jour disponible.

Tournage

Anthony Besset / Malcolm France

La maison où ont été tournés les extérieurs de la série « Malcolm » à Los Angeles.

Les scènes en intérieur ont été tournées au CBS Studio Center à Studio City, Californie. Contrairement à la plupart des sitcoms, les tournages de Malcolm ne se déroulaient pas en public. La maison qui a servi pour les tournages en extérieur se trouve au 12334 Cantura Street à Studio City, Californie. Elle n’appartient pas à FOX mais à un particulier qui etait rémunéré pour chaque journée de tournage. Lorsque le scénario l’exigeait, le tournage se déroulait dans différents endroits en extérieur mais toujours à proximité des studios, la plupart des véhicules figurants à l’écran sont d’ailleurs immatriculés en Californie. À noter que cette maison n’existe plus aujourd’hui puisqu’elle a été rasée en 2012 et remplacée par une villa moderne. L’école que fréquentent Reese, Malcolm puis Dewey existe : il s’agit de la Walter Reed Middle School, située dans le quartier de North Hollywood, à Los Angeles.

De miel, non. Mais il paraîtrait que les deux jeunes acteurs buvaient du sirop de citron dans de l’eau chaude pour que leurs voix collent mieux à l’âge leurs personnages. Erik Per Sullivan n’a pas eu ce souci, n’ayant pas mué avant la fin de la série. Mais on reconnaîtra que son doubleur, Yann Peyroux, a une voix qui mue durant les deux dernières saisons.

Non, en réalité ce sont les membres de l’équipe de tournage qui accrochaient régulièrement des dessins de leurs propres enfants pour décorer les lieux de tournage.

Et comment ! Quand le mari à la ville (de l’époque) et le mari à l’écran se croisent, les blagues fusent ! Voici une conversation rapportée par Bryan Cranston lui-même :

« Je lui ai dit : ‘Eh Brad ! Quand tu embrasses Jane, est-ce qu’elle met toujours la langue ?’ et il m’a répondu quelque chose comme : ‘Oui, pareil que ta femme Robin !' »

Twentieth Century Fox Film Corporation

Erik Per Sullivan (Dewey) et Bea Arthur (Mme White) dans « Le liquidateur » (saison 1, épisode 16).

À la fin de la première saison et pour l’épisode 1.16 – « Le liquidateur » (Water Park (1)), les scénaristes avaient imaginé un terrible cliffhanger pour tenir en haleine les téléspectateurs jusqu’à la diffusion du premier épisode de la saison 2. Dans le script original, la baby-sitter de Dewey tombait amoureuse du jeune garçon et le kidnappait, lui teignait les cheveux en noir et s’enfuyait vers la frontière mexicaine en lui répétant « À partir de maintenant, tu t’appelles Pepe. » Mais une histoire mettant en scène un adulte tombant amoureux d’un enfant et le kidnappant a fait bondir les instances supérieures de la FOX qui a signifié aux scénaristes qu’ils devaient retravailler la storyline de Dewey pour que le résultat ne choque pas l’opinion. Après ça, la syncope et le décès supposé de Mme White sont passés comme une lettre à la poste !

En savoir plus

Bizarrement, non ! Bryan Cranston, Justin Berfield et Erik Per Sullivan, respectivement Hal, Reese et Dewey, sont les seuls acteurs de la série à apparaître dans tous les épisodes de Malcolm. Frankie Muniz, quant à lui, est absent de l’épisode 4.17 – « Le testament impossible » (Clip Show #2), pour cause de tournage du film Cody Banks. Quant à Jane Kaczmarek, sa grossesse l’a obligé à quitter les studios de tournage le temps de quelques épisodes de la saison 4 : 4.08 – « Les mystères de l’ouest » (Boys At Ranch), 4.12 – « Tolérance zéro » (Kicked Out), 4.13 – « Sexe, mensonges et vidéo » (Stereo Store), et 4.14 – « Le bon copain » (Hal’s Friend).
Enfin, Christopher Masterson, dont le personnage de Francis est mis de côté dans les saisons 6 et 7, n’apparaît que dans 11 épisodes des deux dernières saisons.

Entre le tournage des deux premières saisons, Frankie Muniz alors âgé de 14 ans, avait pris 20 centimètres et avait également mué et perdu au moins une octave dans sa voix. Ainsi, les producteurs ont tourné le premier épisode de la saison 2 en urgence pendant l’été car il se déroulait directement après le dernier de la saison précédente. C’est à ce moment-là que les scénaristes ont dû changer les histoires qu’ils avaient prévues pour leur héros, comme l’a dit Linwood Boomer :

« On a réalisé que beaucoup des histoires de fin de primaire, d’enfant de 10 ou 11 ans, qu’on avait prévu de faire n’étaient plus faisables. On a dû écrire en fonction de son âge. »

Linwood Boomer

Dans les cinq premières saisons, l’idée de suivre les aventures de Francis séparément du reste de la famille (d’abord à l’école militaire, puis en Alaska, et enfin au ranch Grotto) n’est pas motivée créativement mais purement au niveau pratique. En effet, des mineurs n’ont le droit de jouer qu’un nombre d’heures restreint chaque jour dans une production, et il était donc impossible que Erik Per Sullivan, Justin Berfield et Frankie Muniz figurent à l’écran dans toutes les scènes. Pour permettre donc de leur épargner une présence dans un tiers de chaque épisode, le choix a été fait de donner au personnage de Francis un rôle où il n’aurait pas à interagir avec eux.
Les deux dernières saisons, Francis n’a plus de point d’attache et apparaît dans un nombre limité d’épisodes. Pas si surprenant : Frankie Muniz et Justin Berfield ayant désormais 18 ans, la combine a été abandonnée par la production, d’autant plus que de l’aveu même des scénaristes, écrire une nouvelle intrigue pour Francis à chaque épisode a donné lieu à quelques arrachements de cheveux !

En savoir plus

Le personnage de Hal ne devait pas être important dans la série contrairement à celui de Lois, c’est pourquoi il a été difficile de trouver un acteur pour jouer ce personnage qui avait peu de lignes dans le script du pilote.

Finalement, c’est Bryan Cranston, peu connu à cette période, qui a été choisi. Bryan Cranston a lui même confirmé qu’il devait être remplacé après le tournage du pilote de la série. L’acteur a récemment sorti ses mémoires, disponibles uniquement en anglais, dans lesquels il raconte comment il a été choisi pour incarner Hal. En 1999, Bryan enchaînait les castings pour de nouvelles séries. Il a alors reçu un appel pour incarner le rôle du père dans le pilote d’une série qui allait être tourné, Malcolm in the Middle.
Le script était selon lui très drôle et intelligent, mais le rôle du père n’était pas développé et la seule chose qu’on connaissait de lui est qu’il avait beaucoup de poils (on se rappelle tous de la première apparition de Hal qui se fait tondre par Lois pendant que les enfants prennent leur petit déjeuner).

Il a alors cherché à créer le personnage lui-même en commençant par noter toutes les qualités de Lois, à savoir intrépide, forte et pointue pour ressortir l’opposé chez Hal ; un personnage craintif, faible et réservé. Il voulait apporter à la personnalité de Hal ce que Lois n’avait pas dans la sienne.

Bryan se souvient avoir passé le casting dans un bureau aux côtés du créateur de la série Linwood Boomer pendant que les décors de la série se construisaient à l’extérieur. L’acteur a ensuite tourné le pilote. Quelques temps après, il a reçu un appel de Linwood pour lui dire que la Fox allait tourner la série. Ce que le producteur ne lui a pas dit, c’est que la chaîne voulait retourner le pilote sans Bryan pour aller dans une direction différente avec le personnage de Hal. Un an plus tard, Bryan a appris que le producteur a insisté auprès de la Fox pour le garder dans la série. Selon Linwood, Bryan était le seul qui pouvait incarner Hal.

Avec le recul, on peut difficilement imaginer ce qu’aurait pu être la série sans le génie comique de Bryan Cranston. Et c’est mieux comme ça !

Lorsque Frankie Muniz auditionne pour le rôle de Malcolm en 1999, il pense qu’il n’a aucune chance de décrocher le rôle. Il fait même un signe du pouce vers le bas à sa mère en sortant du rendez-vous.

En effet, à l’origine, le personnage devait avoir neuf ans, et Frankie pensait naturellement être trop vieux, puisqu’il avait déjà 13 ans à l’époque. Cependant, du côté des producteurs, l’audition de Frankie a laissé une sacrée impression. « Nous avions organisé une recherche d’acteurs à travers tout le pays, mais dès le deuxième jour, nous avions reçu la cassette d’audition de Frankie, se rappelle Linwood Boomer, le créateur de la série. C’était évident que ça serait lui dès le départ. » Ainsi, les producteurs décidèrent de changer l’âge de leur personnage principal pour qu’il ait aux alentours de 12 ans. Frankie était dans un chambre d’hôtel à Los Angeles quand il a reçu l’appel pour lui dire qu’il avait décroché le rôle, et il était même tellement joyeux qu’il sauta vigoureusement sur le lit de sa chambre d’hôtel !

Générique

DR

Le groupe They Might Be Giants a composé le générique de la série « Malcolm ».

C’est un style à part, c’est certain ! La musique du générique, « Boss of me » est une chanson assez conventionnelle (si l’on fait abstraction des paroles des couplets) comparée au reste de la discographie du groupe new-yorkais. Chansons pour enfants (« Nice is good, mean is bad », « The house at the top of the tree »…), rock alternatif (« Man it’s so loud in here », « Boss of me », « Why does the sun shine ? », « Song of the 50 States »…), pop (« Don’t let start », « Birdhouse in your soul », « Dr Worm », « We want a rock »…), TMBG mélange les styles depuis plus de 20 ans, avec un style désinvolte, en cela comparable aux Pet Shop Boys ou aux Buggles, en plus rock tout de même. À sitcom résolument différente, une musique d’accompagnement d’un style unique !

En savoir plus

Twentieth Century Fox Film Corporation

« Nazca » (1998) dans le générique de « Malcolm ».

Cette série d’animation s’appelle Nazca. Les étagères de la chambre des garçons sont remplies de bande-dessinées dont beaucoup de mangas.

En savoir plus

Twentieth Century Fox Film Corporation

Bret « Hitman » Hart et Chris Benoit dans le générique de « Malcolm ».

Il s’agit de Bret « Hitman » Hart (debout) et de Chris Benoit (en mauvaise posture), deux grands catcheurs canadiens. Pour être complet : la prise montrée est le Sharpshooter, la prise de finition que les fans de catch associent à Bret Hart, un lutteur aujourd’hui à la retraite mais qui a énormément marqué le monde du catch américain, malgré une fin de carrière en queue de poisson puisqu’il fut trahi par le président de la fédération, Vince McMahon, et il ne s’agissait pas (pour cette fois) d’un scénario écrit à l’avance (cf. le documentaire Hitman Hart – Wrestling With Shadows).
Chris Benoit a commencé tôt sa carrière, et il a remporté le titre de champion du monde poids lourds lors de WWE WrestleMania en 2004. Malheureusement, la fin de son histoire aura été tragique, puisque Chris Benoit a mis fin à ses jours en 2007 après avoir tué sa femme et son fils.

En savoir plus

Twentieth Century Fox Film Corporation

Le générique de « Malcolm ».

C’est un mystère mais M6 y est probablement pour quelque chose car le générique américain comporte certaines images relativement violentes. Ainsi, le public français est privé de l’image amusante du boxeur cubain ratant le Canadien Willie de Wit et mettant l’arbitre du match K.O. « J’ai adoré cette séquence dès que je l’ai vue, il y a 12 ans« , confiait en 2000 le créateur de la série, Linwood Boomer. « C’est ce gars-là qui prend le coup, ça n’a aucun sens, c’est très ‘Malcolmien’ ! » Bret Hart, Willie de Wit, deux sportifs canadiens à l’honneur dans le générique de Malcolm, coïncidence ? Oui, assure Linwood Boomer, natif de… Vancouver ! Heureusement, M6 a rectifié le tir puisque le générique des deux dernières saisons comporte ces images.
L’audio du générique français est également différent puisque accéléré ! En effet, le nombre d’images par seconde de la télévision française étant plus élevé qu’aux États-Unis (25 contre 24 images par seconde), une légère accélération en résulte, ce qui se traduit par des voix un peu déformées. Mais cette différence n’est pas exclusive à Malcolm, elle existe pour tous les programmes américains importés.
On notera également que les crédits du générique sont différents en français. La police utilisée n’est pas la même, et pour la dernière saison, M6 a décidé de les affubler d’un effet doré.

En savoir plus

Personnages et lieux

La famille

Il n’en a pas ! Et parler de la « famille Wilkerson » en présence de Linwood Boomer est un sacrilège ! Ce nom a été choisi pour le pilote dans le but de faciliter la promotion de la série auprès des médias. Le badge que porte Francis à l’école militaire dans l’épisode 1.01 – « Je ne suis pas un monstre » mentionne bien Wilkerson mais on remarque que dans le pilote, la maison a un étage qui disparaît dès l’épisode 1.02 et que les locaux de l’école militaire changent aussi par la suite. On sait également qu’une scène présente dans le script original, mais cependant jamais tournée, contient la présence d’une blague avec le nom de famille Wilkerson qui sera supprimée par la suite. Ainsi, Malcolm marche dans la rue et se fait accoster par un copain à lui, un voisin :

« – Malcolm, Malcolm, Malcolm ! J’étais avec mes parents, je les écoutais parler et… c’est quoi au fait ton nom de famille ?
– Wilkerson, pourquoi ?
– Oh. Mais alors qui sont les Parias ? »

Le tournage d’un épisode pilote se fait généralement avec un budget moindre et la production ne commence à vraiment investir que lorsqu’une chaîne commande une saison complète. Les choses sont alors ré-étudiées et des changements importants peuvent se produire. Le pilote de Malcolm a été tourné durant le deuxième semestre 1999 et de l’eau a coulé sous les ponts jusqu’à ce que le tournage des 15 autres épisodes de la saison 1 ne commence. La maison change, Christopher Masterson se fait couper les cheveux, et Linwood Boomer décide de ne pas attribuer de nom de famille au héros de la série, pour ne pas cataloguer la famille selon une logique ethnique ou religieuse : « Wilkerson faisait un peu trop blanc-bec », ajoute le créateur de la série. Dans l’épisode 7.22 – « Malcolm président » (Graduation), le dernier de la série, on peut deviner le nom de famille sur le badge de travail de Francis, ainsi que sur les lèvres du proviseur qui annonce Malcolm. Et ce nom n’a rien à voir avec « Wilkerson », puisqu’il s’agit de : « Nolastname », c’est-à-dire en Français : « Pas de nom de famille » ! Un beau pied de nez à ceux qui s’obstinaient à appeler Malcolm et sa famille les « Wilkerson » ! Conclusion : le nom de famille est toujours aussi flou, un mystère savamment entretenu !

Encore un point assez flou pour lequel les fans se butent à des informations contradictoires. Reese révèle que Francis est âgé de 16 ans dans une scène de l’épisode pilote… coupée au montage mais présente dans la version longue sur le DVD. Cependant, dans l’épisode 3.01 – « Tout le monde sur le pont », Francis a recours à un avocat pour se faire émanciper, la majorité scolaire aux USA étant fixée à 18 ans. Pourtant il a séjourné plus de deux ans à l’école militaire. Surprenant donc… Si on prend en compte les indications données dans le générique de fin de 2.25 – « Souvenirs, souvenirs », au début de la série Reese serait âgé de 13 ans, Malcolm de 11 ans et Dewey de 7 ou 8 ans. D’après le scénario du pilote, Hal aurait tout juste la quarantaine et Lois un peu moins de quarante ans. En réalité, l’âge des personnages étant source de confusions, les scénaristes restent flous sur ce sujet, qui après tout n’est pas une information primordiale pour une comédie.

En savoir plus

Il n’y a rien d’extraordinaire à cela, plusieurs membres d’une même fratrie peuvent présenter des différences physiques comme celles-ci, c’est la génétique tout simplement !

Twentieth Century Fox Film Corporation

Christopher Masterson (Francis) et Elise Horn (Tanya) dans « Ma mère, ce héros » (saison 1, épisode 9).

Difficile de savoir avec certitude si le personnage de Francis était destiné à être utilisé dans des storylines mettant en scène sa possible homosexualité. Toujours est-il que certains éléments de la saison 1 abordent le sujet de loin. Dès le pilote, Francis fait remarquer (non sans sarcasme) que l’atmosphère générale de l’école militaire est largement chargée d’homosexualité. Dans l’épisode 1.09, des participantes au concours Tennage Miss Alabama sont persuadées que Francis est gay, citant notamment l’obsession qu’il semble avoir pour sa mère comme argument. Le jeune homme joue alors de ce quiproquo pour se rapprocher des filles. Puis, au cours de l’épisode 1.12, au cours d’une conversation avec Hal, Lois laisse entendre que la vie sentimentale de Francis n’est pas un long fleuve tranquille, rejetant la faute sur son mari qui aurait trop attendu avant de parler à son fils aîné des fameuses « choses de la vie ». Francis n’arriverait-il pas à établir une relation stable avec une fille ? Enfin, dans l’épisode 1.14, lorsque Lois rend visite à son fils à l’école militaire, une partie de la storyline tourne autour d’un rodéo « Gay-ant » se tenant en Alabama, auquel la mère et le fils finissent par assister. La scène finale montre Francis plutôt à l’aise dans un public à majorité gay. Dans les séries télévisées, il est courant que les scénaristes préparent le terrain par quelques allusions avant de donner un nouveau cap à un personnage mais cette orientation est parfois abandonnée en cours de route. Les scénaristes de Malcolm ont-ils envisagé un Francis homosexuel ? En tout cas, les saisons suivantes n’y font plus allusion, et l’ainé de la fratrie se marie rapidement avec Piama, annihilant le mystère qui planait sur ses préférences au cours de la saison 1.

En savoir plus

Très drôle… Dewey est un vrai prénom, cependant assez rare. Il s’agit d’un dérivé celtique de David. Le Dewey le plus célèbre de la culture populaire américaine est sans doute l’un des neveux de Donald, présent dans les bandes dessinées de Carl Barks puis dans leurs adaptations à la télévision (Huey, Dewey et Louie sont communément appelés Riri, Fifi et Loulou dans la version française).

En savoir plus

Twentieth Century Fox Film Corporation

Bryan Cranston (Hal) et Jane Kaczmarek (Lois) dans « Le testament impossible » (saison 4, épisode 17).

Rappelez-vous… Dans l’épisode 4.09 – « Grand-mère attaque » (Grandma Sues), Lois et Hal apprennent dépités qu’ils vont accueillir un nouvel enfant au sein de leur famille. Ce retournement scénaristique qui a nourrit l’intrigue de la saison 4 n’est pas si innocent. En effet, à la même époque Jane Kaczmarek et son mari Bradley Whitford attendaient leur troisième enfant, Mary Louisa Whitford. Les scénaristes ont donc fait le choix d’introduire la grossesse de l’actrice dans la série… Ce qui a donné naissance à Jamie, à la fin de la même saison. Et contrairement aux nombreuses autres séries où la grossesse d’une actrice principale est introduite dans le scénario de la série d’une façon assez maladroite, dans Malcolm les scénaristes ont su rebondir pour offrir un personnage gagnant en importance au fil des trois dernières saisons.

En savoir plus

Twentieth Century Fox Film Corporation

James & Lukas Rodriguez (Jamie) dans « La force de l’engagement » (saison 7, épisode 12).

Le sexe du cinquième enfant n’est pas révélé lors de sa naissance, à la fin de la saison 4. Les scénaristes avaient décidé de laisser planer le suspense jusqu’à la saison suivante en choisissant un prénom mixte, Jamie. Il faut attendre l’épisode 5.01 – « Las Vegas » (Vegas) pour apprendre que Jamie est un garçon.

En savoir plus

Twentieth Century Fox Film Corporation

Christopher Masterson (Francis) dans « Frapper et recevoir » (saison 5, épisode 12).

Durant les saisons 6 et 7, le personnage de Francis perd en importance. Fait marquant, il n’a plus de lieu d’ancrage, comme les saisons précédentes avec l’école militaire, l’Alabama ou le ranch. Désormais, il n’apparaît plus que dans des histoires en relation directe avec les autres membres de la famille, et que dans très peu d’épisodes. En tout, on le voit à l’écran six épisodes durant la saison 6, et sept épisodes pour la dernière, dont le final.

En réalité, ce fut un soulagement pour les scénaristes, en manque cruel d’inspiration avec son personnage, de pouvoir le mettre de côté. Car sa présence loin du reste de la famille était purement liée au fait que ses frères à l’écran étaient tous mineurs et ne pouvaient pas travailler autant d’heures que des adultes sur les plateaux. Il fallait donc un moyen qu’une partie de chaque épisode se passe d’eux : d’où les aventures – totalement indépendantes – de Francis ! Frankie Muniz et Justin Berfield ayant eu 18 ans, la combine a été abandonnée par la production pour les deux dernières saisons.

En savoir plus

La réponse nous est donnée dans l’épisode 6.06 – « L’étrange Noël de Monsieur Hal » (Hal’s Christmas Gift). Alors que Hal réclame à Francis de l’argent pour offrir un Noël à la famille, ce dernier explique :

« Bon, autant vous le dire tout de suite : je me suis fait virer, je suis complètement fauché ! Il se trouve que le coffre où je déposais tout l’argent du ranch n’appartenait pas à la banque… Comment je pouvais le savoir ? Otto me traîne en justice, je sais plus quoi faire… (…) Piama n’est au courant de rien, elle croit que je suis en congés ! Ça fait des jours que je fais semblant de nager dans le bonheur pour qu’elle se doute de rien… »

Francis dans « L’étrange Noël de Monsieur Hal »

Les scénaristes ont s’en sont donc sortis par une pirouette pour changer l’environnement de Francis et Piama, mais on ne peut s’empêcher de penser que la gentillesse absolue d’Otto ne l’aurait probablement jamais conduit à traîner Francis en justice…

En savoir plus

À la fin de la saison 4 et lors de la saison 5, Jamie est un jeune bébé. Ce sont différents bébés qui ont donc interprétés le rôle, deux en particulier lors de la saison 5, plutôt différenciables et reconnaissables. À partir de la saison 6 et jusqu’à la fin de la série, ce seront des jumeaux qui interprèteront Jamie : James et Lukas Rodriguez. Pourquoi des jumeaux ? Car selon la loi américaine, un enfant n’a le droit de travailler que quelques petites minutes par jour, et deux jumeaux permettent donc de doubler ce temps de tournage réglementaire très limité et encadré.

En savoir plus

Lieux

Là encore, les scénaristes préfèrent ne pas attribuer de point d’ancrage à la famille, pour se permettre toutes les fantaisies possibles en matière de géographie, de météo etc. Les différents indices donnés sur ce sujet au fil des épisodes sont contradictoires.

En savoir plus

Non, c’est une enseigne fictive imaginée pour la série.

Personnages secondaires

Le grand-père maternel de Malcolm n’apparaît que dans l’épisode 2.15 – « Conflits de générations » (The Grandparents). Par la suite, seule la grand-mère Ida fait quelques apparitions. On apprend la mort de Victor dans 3.17 – « Chantage de Noël ». Il semble que les scénaristes aient voulu se concentrer sur Ida, la méchanceté et le vice étant davantage choquants venant d’un personnage féminin. De plus, la storyline de cet épisode nécessitait qu’Ida n’ait personne avec qui passer Noël. La mort du patriarche n’a pas été incorporée au scénario pour coller au décès du comédien puisque Robert Loggia, l’interprète de Victor, est malheureusement décédé mais bien après la fin de la série, en 2015.

En savoir plus

Disney

Géo Trouvetou et Filament dans une bande-dessinée de Carl Barks.

L’adaptation française fait sûrement référence à… Disney ! En effet, dans les bandes-dessinées, Donald a pour voisin un inventeur très brillant nommé Géo Trouvetou dont l’assistant de laboratoire est un petit robot qu’il appelle Filament et qui a pour visage… une ampoule électrique ! L’ampoule qui s’allume au-dessus de la tête d’un personnage est aussi un classique de la bande-dessinée pour enfants et signifie que le héros vient d’avoir une idée lumineuse.

DR

« La petite boutique des horreurs » (1960)

Dans la V.O., Krelboyne est moins péjoratif puisque même Caroline utilise cette expression dans l’épisode 1.08 – « Panique au pique-nique » (Krelboyne Picnic). Cette expression vient en fait du film La petite boutique des horreurs (1960), réalisé par Roger Corman, dans lequel le personnage principal est un génie du nom de Seymour Krelboined.

L’action se situe dans les années 60, à New York, où Mushnik possède un magasin de fleurs qu’il gère avec deux employés, le timide Seymour et la jolie Audrey dont ce dernier est secrètement amoureux. Un jour, Seymour achète une fleur originale qu’il surnomme Audrey, et qu’il expose dans la vitrine du magasin. Mais très vite, il s’avère que cette plante carnivore extraterrestre se nourrit exclusivement de sang humain. La plupart des personnages deviennent donc une nourriture tout à fait appétissante pour Audrey, d’autant plus que la plante grandit à mesure qu’on l’alimente.

L’histoire du film débute en 1960, quand Roger Corman, un habitué des films de séries B, réalise La Petite Boutique des Horreurs, un long-métrage sans prétention au budget de 27 000 dollars qui a, selon la légende, été réalisé en seulement trois jours. Le rôle de Seymour est tenu par Jonathan Haze, un habitué des films de Corman. Par ailleurs, on remarque, dans le rôle de Wilbur Force (le patient du dentiste) un jeune acteur alors inconnu mais promis à un brillant avenir, un certain… Jack Nicholson !

Mais le film ne serait sans doute pas resté dans les annales si Alan Menken et Howard Ashman ne s’y étaient intéressés. En 1980, La Petite Boutique des Horreurs devient une comédie musicale sous l’inspiration du duo Menken-Ashman, qui associe des musiques entraînantes très « seventies » au livret. Ce duo, alors peu connu, récidivera par la suite en composant des musiques pour les dessins animés de Disney, tels La Petite Sirène ou La Belle et la Bête. Seymour est créé par Lee Wilkof (Sweet CharityKiss me KateAssassins…). L’œuvre connaît un réel succès et reste à l’affiche durant 2209 représentations, saluée par les critiques les plus féroces.

La vie cinématographique de l’œuvre continue puisqu’un remake est tourné dès 1986 par Franck Oz, à qui l’on doit, par ailleurs Dark Crystal ou In & Out. Seymour est alors interprété par Rick Moranis que l’on a vu dans le cultissime SOS Fantômes. On retrouve, dans le rôle d’Audrey, Ellen Greene, qui avait créé le personnage à Broadway puis à Londres. La scène du dentiste devient une scène d’anthologie : Steve Martin et Bill Murray forment un duo tout à fait original.

The Geffen Company

« La Petite Boutique des horreurs » (1986).

En France, La Petite Boutique des Horreurs a également connu son heure de gloire. En 1987, Alain Marcel adapte et met en scène la comédie musicale. On retrouve, dans le rôle de Audrey, la talentueuse Fabienne Guyon, la première Cosette des Miz, qui sera d’ailleurs nommée aux Molières.

Twentieth Century Fox Film Corporation

Will Jennings (Kyle) dans « Honte » (saison 1, épisode 4).

Ce personnage, joué par Will Jennings, est surnommé Eraserhead dans la V.O. (référence au film du même nom réalisé par David Lynch en 1977) mais est communément appelé Kyle en français, c’est du moins ce prénom qu’utilise Dabney pour s’adresser à lui dans l’épisode 2.02 – « Il n’y a pas d’heure pour Halloween » (Halloween Approximately).

En savoir plus

Effectivement, il est arrivé que des acteurs interpètent plusieurs rôles au cours des sept ans de la série. Ainsi, dans l’épisode pilote, la maîtresse d’école de Malcolm est interprétée par Merrin Dungey, qui deviendra dès l’épisode 1.06 – « Poquito Cabeza » (Sleepover) la maman de Stevie !
Autre exemple dans l’épisode 3.04 – « La petite amie » (Malcolm’s Girlfriend), où la frustration est poussée à l’extrême puisque nous ne voyons jamais le visage de la première vraie petite amie de Malcolm, Sara. Une originalité qui va être bien pratique puisque l’actrice Alessandra Toreson a pu aisément revenir dans la série quelques années plus tard sans risque de confusion, dans l’épisode 5.04 – « Le grand chef » (Thanksgiving), et qui a interprété… une autre petite amie de Malcolm, Kirsten !

Twentieth Century Fox Film Corporation

Bernard le hamster dans « Sueurs froides » (saison 3, épisode 6).

À partir de l’épisode 3.06 – « Sueurs froides » (Health Scare), un petit personnage va devenir un running gag très attendu et apprécié par les téléspectateurs tout au long de la troisième saison. Et ce personnage n’est autre qu’un petit rongeur pris sous l’aile de Dewey, Bernard. On peut le voir apparaître dans quatre autres épisodes : 3.08 – « Poker » (Poker), 3.13 – « Le fou du volant » (Reese Drives), 3.15 – « La grosse surprise ! » (Hal’s Birthday), et 3.22 – « Héros malgré lui » (Monkey).

En savoir plus

Casting

Frankie Muniz

Oui, en effet. Si Reese est à l’écran le grand frère de Malcolm, Justin Berfield concède un peu moins de trois mois à Frankie Muniz. Dans le même ordre d’idée, le script de l’épisode pilote présente Hal comme plus âgé que Lois alors que Jane Kaczmarek a en réalité deux mois et demi de plus que Bryan Cranston.

Oui, il en parle d’ailleurs dans une interview, donnée lors de la promotion de Méchant Menteur :

« Je ne sais pas où va aller cette relation, alors ce ne serait pas une bonne idée de dire de qui il s’agit. Mais c’est une actrice. Et elle est plus célèbre que moi ! »

Frankie Muniz

Cette relation, justement, n’est pas allée très loin et Frankie n’a depuis plus formé de couple avec une quelconque collègue du show-business. Il est s’est un court temps fiancé à une inconnue dénommée Jamie Gandy. Aujourd’hui, désolés mesdemoiselles, mais Frankie est de nouveau heureux en couple !

Rien n’était annoncé officiellement mais Steven Spielberg (qui était pressenti pour réaliser le premier volet) avait semble-t-il choisi Frankie pour incarner le héros de J.K. Rowling. Finalement, c’est à Chris Colombus qu’a été confiée la réalisation du film et c’est Daniel Radcliffe qui a décroché le rôle. Coïncidence : Brice Ournac (la « voix » française de Frankie Muniz) était lui aussi pressenti pour doubler Harry Potter et ça ne s’est pas fait non plus.

Pour ses 16 ans, Frankie s’est offert la Volkswagen Jetta du film Fast & Furious. À propos de cette voiture, il déclare :

« Personne, je dis bien personne d’autre que moi ne peut conduire la Jetta. Et surtout pas un portier d’hôtel ! J’ai entendu tellement d’histoire à propos de portiers se payant une virée en ville avec la voiture des clients… »

Frankie Muniz

Cependant, avant ses 18 ans il ne disposait que de 5% de ses cachets, il a donc permis à des organisateurs de shows de cascades de louer sa voiture pour en amortir l’achat. Plus tard, c’est Ashton Kutcher qui s’est amusé avec la Porsche Speedster de Frankie, pour les besoins de l’émission de caméra cachée Punk’d. Frankie a perdu son sourire en constatant la disparition de son véhicule, d’autant qu’Ashton le narguait au téléphone en se faisant passer pour le ravisseur du précieux véhicule. L’interprète de Malcolm a ri en découvrant qu’il avait été piégé mais a horreur que quelqu’un touche à l’une de ses voitures, alors ne prenez pas de risques inconsidérés !

DR

Le groupe Kingsfoil avec Frankie Muniz.

Oui. Plus jeune, il admirait beaucoup Zachary Hanson, batteur au sein du groupe du même nom et qui avait son âge. Frankie se débrouille plus que bien à la batterie, un art qu’il a appris comme la comédie : en autodidacte. Depuis 2010, il a réalisé son rêve de gosse en intégrant le groupe de rock You Hang Up, puis un autre groupe en 2012, Kingsfoil. En 2014, Muniz rend les baguettes et quitte le groupe en tant que batteur, même s’il reste le manager du même groupe, qui a depuis changé de nom et s’appelle Astro Lasso.

Depuis la fin de Malcolm, l’acteur s’est en effet peu à peu éloigné des plateaux afin de se consacrer à l’automobile. Il a été un temps pilote professionnel et a concouru à travers les États-Unis avec son écurie Jensen MotoSport. Alors qu’il a commencé à bord d’une Formule BTW, il a ensuite parcouru les circuits avec une formule « Atlantic », le niveau supérieur donc.

Non, il a confirmé lui-même qu’il n’avait que Francisco pour prénom, le même que son père (qui utilise communément le nom de Frank Muniz), son grand-père, et son arrière-grand père ! Francisco Muniz IV est donc l’état civil reconnu du jeune acteur. Il n’a jamais été question d’un quelconque James, bien que quelques magazines aient relayé l’information.

Justin Berfield

Cette rumeur qui fait fureur depuis plusieurs années sur Internet est infondée. Et même si ça ne regarde que lui, Justin affirme que non :

« Je suis hétéro. C’est un peu comme le Maccarthisme, des blogs à scandales prétendent sortir des célébrités du placard afin d’attirer l’attention. »

Justin Berfield

Elle est fausse, elle aussi. Il a tous ses orteils.

Effectivement, à part une courte apparition dans la série Sons of Tucson en 2010, Justin Berfield n’a plus jamais remis les pieds devant une caméra ! Et pour cause, le jeune homme est maintenant passé de l’autre côté de l’objectif : il est producteur chez Virgin Produced, où il produit des films, séries, spots télé, etc. Dans son temps libre, Justin apprécie tout particulièrement la randonnée et la pêche. De son propre aveu, c’est un « type assez simple ».

Erik Per Sullivan

Cette étrange rumeur se répand depuis plusieurs années sur les réseaux sociaux français, probablement à cause de sa disparition des écrans, et n’a aucun fondement : Erik Per Sullivan n’est pas mort et va très bien !

Il s’agit de Sheldon, un hippocampe bizarrement allergique à l’eau de mer. Par ailleurs le doubleur de Nemo n’est autre qu’Alexander Gould, qui incarnait « Tête d’œuf » dans l’épisode 1.11 – « Les funérailles » et Stephen Root, qui joue le rôle de M. Pratt dans « Pique-nique fatal » (3.11 et 3.12) a également participé au doublage de ce film.

Une rumeur a prêté à tort une maladie comparable à une forme d’autisme au jeune acteur : le syndrôme d’Asperger. Depuis, le père d’Erik, Fred Sullivan, a démenti l’information.

Bizarement, oui, mais seulement l’été ! En effet, l’acteur aide son père a gérer le restaurant famillial durant les vacances d’été et prend les commandes de clients. Alama – c’est le nom de ce petit établissement – et est situé à Milfort, dans le Massachusetts.

Plus ou moins. L’acteur est tout juste apparu dans le film indépendant Mo, depuis la fin de Malcolm. En 2010, il explique :

« Je suis devenu bien trop flemmard et effrayé de me faire refouler pour chercher de nouveaux projets. Et puis l’université, c’est tellement génial ! »

Erik Per Sullivan

Jane Kaczmarek

Communément, sans prononcer le « c » : Kazmarek. Cependant pour les puristes, s’agissant d’un nom typiquement est-européen, « cz » se prononce généralement « ts ».

Début 2002, en plein tournage de la troisième saison, Jane Kaczmarek a quitté les plateaux de tournage se plaignant de maux de têtes. Certains ont alors parlé d’une maladie diplomatique, puisque l’actrice réclamait en même temps une augmentation. En réalité, Jane était… enceinte de son troisième enfant ! Durant la saison 4, l’actrice sera absente durant quelques épisodes, grossesse oblige.

Jane Kaczmarek a eu trois enfants, tous nés par césarienne. Ainsi, lors de l’épisode 4.21 – « Le bébé – 2e partie » (Baby (2)), où Lois met au monde son cinquième fils, Jamie, l’actrice a dû simuler un accouchement par voie naturelle en imitant les naissances qu’elle avait vues à la télévision !

Christopher Masterson

Oui, et depuis le plus jeune âge ! Le père d’adoption de Christopher Masterson est Joe Reaiche, un ancien rugbyman australien et membre historique de l’Église de Scientologie. Lorsque ce dernier s’installe aux États-Unis après sa carrière sportive, il épouse Carole Masterson, alors divorcée et mère de deux jeunes garçons, Danny et Christopher, qu’il élèvera comme ses propres fils.

Mais en 1995, alors que les enfants participent à leurs premiers castings, le couple divorce après 11 ans de mariage, alors que Joe Reaiche décide de quitter l’organisation où il est haut placé. La famille désormais convertie, Joe décide de faire profil bas et de ne pas critiquer frontalement l’organisation jusqu’en 2004, où l’Église de Scientologie le désigne comme personne « répressive » et impose à Christopher et le reste de sa famille de couper tous les ponts.

Depuis, Christopher Masterson est resté scientologue convaincu, et a même épousé l’ex de Tom Cruise, scientologue elle aussi. Mais qu’est-ce que la Scientologie ? Considérée comme une secte dans de nombreux pays dont la France, la Scientologie est un mouvement spirituel fondé aux États-Unis dans les années 1950 par Ron Hubbard. Plus qu’un système de croyances, la scientologie se considère comme une religion appliquée qui jouerait un rôle crucial dans la vie des membres du mouvement ainsi que dans la collectivité. Elle prétend accroître, par la pratique, le niveau de conscience spirituelle de l’individu, tout en fournissant des solutions pratiques pour la vie quotidienne.

Surnommée la « Secte des Stars », l’Église de Scientologie compte parmi ses adeptes de nombreuses célébrités. L’Église de Scientologie a néanmoins de beaucoup de détracteurs et suscite de nombreuses controverses :

  • d’anciens membres se plaignent d’avoir été exploités en temps et/ou en argent ;
  • on recense des cas de harcèlement sur des journalistes ou des chercheurs étudiant la scientologie ainsi que sur d’anciens membres ;
  • des morts suspectes sont régulièrement mises au jour par la presse : des pratiquants meurent faute de soin ou par suicide, parfois au cours des traitements ;
  • prosélytisme jugé excessif ;
  • fonctionnement qualifié d’entreprise à but lucratif ;
  • mode de fonctionnement qui ressemble à la vente pyramidale : l’adepte peut payer en partie les « cours » dont il a besoin pour progresser en recrutant de nouveaux adeptes.

Acteurs secondaires

Twentieth Century Fox Film Corporation

Craig Lamar Traylor (Stevie Kenarban) dans « Le journal intime » (saison 5, épisode 3).

Absolument pas, et il n’est pas asthmatique non plus. Et à ce qu’on rapporte, il se débrouille même plutôt bien en gymnastique !

En savoir plus

DR

Emy Coligado.

L’interprète de Piama joue le rôle de Emmy dans cette série relatant le quotidien d’une femme médecin légiste nommée Jordan Cavanaugh et diffusée sur TF1. Elle n’apparaît pas dans tous les épisodes et ses répliques ne sont pas toujours primordiales :
« – Monsieur, un appel pour vous, sur la 5.
– Merci, Emmy. »
Mais Emy Coligado prend beaucoup de plaisir à alterner la comédie avec Malcolm et le policier.

En savoir plus