Dossiers

Le doublage

Brice Ournac est la voix de Frankie Muniz dans © DR
Brice Ournac est la voix de Frankie Muniz dans "Malcolm" (photomontage).

Il est très probable que vous n’auriez jamais connu la série Malcolm si celle-ci n’avait pas été doublée en Français, dans la version diffusée sur l’hexagone, par la chaîne M6. Mais qui sont ces personnes dans l’ombre qui nous permettent d’apprécier la série dans la langue de Molière ? La version française est-elle aussi fidèle que la version originale ?

Le débat entre les pro VF et pro VO existe pratiquement dans toutes les séries étrangères diffusées en France : Friends, Urgences, Buffy, Alias… Et bien évidemment, Malcolm ne déroge pas à cette règle ! Certains en effets préfèrent la version doublée en Français, plus simple et moins contraignante pour le téléspectateur, et d’autres ne jurent que par la version originale, seule selon eux qui mérite notre attention, car c’est la version voulue par le réalisateur, au mot près.
Si l’on peut considérer que la version originale est plutôt destinée aux fans puristes de la série et qu’au contraire, la version française est plus futile, il n’en existe pas en fait de bonne ou mauvaise. Le plus intéressant reste de regarder un même épisode de Malcolm en VO et en VF afin de se rendre compte des bons et des mauvais côtés de chaque version.

La version originale

C’est la seule, la bonne, la vraie version ! Elle est plébiscitée par les fans les plus assidus de la série, vous savez, ceux qui font des recherches interminables sur Internet, ceux qui achètent tous les produits dérivés ! La version originale retransmet les intonations, les expressions, les phrases voulues par Linwood Boomer, le créateur de la série, à la virgule près. Plutôt destinée à un public anglophone, ou comprenant bien le langage américain, elle peut être idéale pour l’apprentissage de l’américain courant. Malheureusement, il faudra voyager aux États-Unis ou en Grande-Bretagne pour pouvoir regarder la version originale de Malcolm, aucune chaîne hertzienne ou du satellite en France ne la diffusant pour le moment.

Twentieth Century Fox Film Corporation

Frankie Muniz sur le plateau de « Malcolm ».

Les reproches de la version originale sont plus particulièrement attribués à la version originale sous-titrée (VOST), qui sont les mêmes que pour la version française. Les traducteurs sont là aussi obligés de modifier le texte original, mais ici, ce sont essentiellement pour des raisons techniques. En effet, le cerveau humain n’étant pas capable de lire aussi vite qu’il n’entend, il faut résumer le mieux possible ce qui est dit, pour qu’une réplique puisse se comprendre en un minimum de mots. Dans ce cas, il est évident que certains détails, qui peuvent paraître déterminants dans une version entendue normalement seront occultés. La version originale sous-titrée, destinée à ceux qui désirent connaître la version originale sans pour autant être anglophone n’est donc pas une version totalement fidèle à l’originale, puisqu’elle est laissée au jugement du traducteur, qui lui seul peut décider de l’importance ou non d’une réplique. Cependant la VOST peut tout à fait constituer une aide de traduction uniquement, en indiquant simplement le sens général de la réplique s’il y subsiste un doute. Cela laisse de plus le temps au téléspectateur de voir la scène et de ne pas laisser son regard en bas de l’image pendant tout l’épisode, à lire les sous-titres. Malheureusement, la VOST de Malcolm en français est pratiquement inexistante, puisqu’elle n’est même pas disponible sur le DVD de la série sorti outre-Atlantique…

La version française

C’est la seule version diffusée sur les chaînes françaises, en l’occurrence M6, Série Club et Paris Première. La plupart des téléspectateurs ne connaissent donc que celle-ci. Que dire à propos de cette version ? Les reproches les plus souvent formulés concernent la déformation des dialogues par rapport à la version originale. D’une manière générale, ces déformations se ressentent lors des répliques vulgaires, très présentes dans Malcolm in the Middle aux États-Unis. Sans aller jusqu’à des dialogues obscènes, il peut arriver que certaines expressions grossières soient remplacées dans la version française par un synonyme plus « politiquement correct ». Sur ce point, c’est au diffuseur, M6, de décider quel mot ou expression est à modifier. Et à l’image de la société américaine où la religion est très présente, l’expression « Oh my God ! » (« Oh mon Dieu ! »), souvent présente dans Malcolm, comme dans d’autres séries, est souvent remplacée en France par des « Bon sang ! » ou des « Oh mais c’est pas vrai ! », plus courant dans notre langage. Il est vrai que certaines phrases, expressions ou références, typiques de la culture américaine, peuvent ne pas être comprises par les téléspectateurs. C’est donc à Libra Films, société chargée du doublage en France, à adapter la version originale pour s’assurer de la bonne compréhension de chacun, tout en essayant de restituer le mieux possible les intentions des auteurs originaux.

Twentieth Century Fox Film Corporation

Merrin Dungey (Kitty Kenarban) dans « Poquito Cabeza » (saison 1, épisode 6).

Une autre critique concerne le changement de titres d’épisodes. Il n’est pas rare en effet de voir, au lieu d’une simple traduction du titre original, un changement total de sens. Par exemple, l’épisode 1.14 : « Rollerskates » en VO devient « Le mot de trop » en VF. La compréhension du thème principal de l’épisode devient moins évidente donc, puisqu’on sait dans la version originale que l’on parlera de patins à roulettes, alors que dans la version française, on ne connaît pas le contexte dans lequel aura été prononcé ce « mot de trop ». Cependant, il existe des cas où les titres français sont mieux trouvés et plus originaux que les titres originaux. On peut penser à l’épisode 2.15 : « The Grandparents » en VO, et « Conflit de générations » en VF. Dans ce dernier titre, l’action est résumée en une expression tout en se doutant des protagonistes de l’histoire. Il faut aussi noter que certains titres français des deux dernières saisons de Malcolm font référence à des oeuvres musicales ou cinématographiques comme l’épisode 6.01, « Il faut sauver le soldat Reese » ou l’épisode 6.13, « On ira tous au paradis ».

Les doubleurs français vont jusqu’à changer le titre original de la série ! En effet, Malcolm s’appelle en version originale : Malcolm in the Middle, littéralement, « Malcolm au Milieu ». Ici, il prend plusieurs sens, puisque ce titre désigne à la fois la position du héros dans l’histoire, Malcolm étant le personnage principal autour duquel les histoires existent, ainsi que sa position chez les enfants, entre Reese et Dewey, Francis étant parti de la maison, puis vraiment au milieu lors de la naissance de Jamie, le cinquième enfant. En France, la série n’a pas été appelée « Malcolm au Milieu », sûrement pour des raisons de compréhension, et a sobrement été baptisée Malcolm. Et qui dit changement de nom dit changement de générique : M6 modifie elle-même les génériques qui sont donc différents de la version originale, en ôtant les scènes jugées trop violentes pour un jeune public. Ainsi, le téléspectateur français est privé de l’image amusante du boxeur cubain ratant le Canadien Willie de Wit et mettant l’arbitre du match K.O., une image dont le créateur de la série Linwood Boomer se délecte !

Twentieth Century Fox Film Corporation

Le restaurant « Chez Richard » dans « Las Vegas » (saison 5, épisode 1).

Mais d’une manière générale, le doublage français reste de très bonne qualité, contrairement à nos voisins allemands et espagnols qui sont moins bien lotis. Le départ de Romain Douilly, la voix française de Reese, à la fin de la saison 2, et remplacé par Donald Reignoux a été une frayeur pour les fans français. En général, les changements de voix tuent une série (pensons à la saison 9 et 10 de Friends en Français !), mais Donald a réussi à créer une voix délirante autour du personnage de Reese qui lui convient tout aussi bien, sinon mieux. On peut également s’étonner de la ressemblance étonnante entre la voix de Bryan Cranston et celle de sa voix française, Jean-Louis Faure. Celui-ci reproduit parfaitement les mimiques vocales des délires du personnage de Hal, pour notre plus grand plaisir ! Un autre avantage de cette série au niveau du doublage, c’est qu’à l’inverse d’une série comme Friends, où les personnages restent figés dans le temps, âgés de la trentaine, les enfants dans Malcolm ne cessent de grandir, tout comme les acteurs de doublage. Cela oblige Libra Films à se resservir des vieilles bandes sonores lors des flash-back, pour éviter qu’un acteur de doublage qui aura mué double son personnage jeune dans la scène de flash-back avec une voix d’adulte.

La version française est donc une bonne alternative aux réticents de la version originale et des sous-titres. C’est la version qui a tout de même fait connaître Malcolm en France et à qui on doit le succès que l’on connaît.

Qui sont les comédiens de doublage ?

Brice Ournac, Donald Reignoux, Marion Game… Ces noms ne vous disent peut-être pas grand chose (encore que !), mais ce sont ceux qui ont donné vie, et donné voix à la série en France. Pour découvrir leurs parcours, c’est par ici :

Comédiens de doublage Les hommes et femmes de l'ombre qui sont les voix françaises mythiques de la série ! Comédiens de doublage

Commentaires