Saison 1, épisode 07

« La petite évasion »

Note
(No Ratings Yet)
Titres
France La petite évasion
États-Unis Francis Escapes
Numéro
7 (1.07)
Code de production
06-99-101
Première diffusion
États-Unis   27 février 2000   Fox Broadcasting Company
13 400 000 téléspectateurs
France   1 janvier 2002   M6
6 800 000 téléspectateurs
Scénario
Linwood Boomer
Réalisation
Personnages
Karim Prince (Stanley Winn), Craig Lamar Traylor (Stevie Kenarban), Lauren Hodges (Beebee), Haven Hartman (adolescente), Jade Carter (adolescent), Ruth Cohen (caissier (non crédité)), Sean Penberthy (cadet #5 (non crédité))

Résumé

Scène d'introduction Malcolm, Reese et Dewey dorment paisiblement dans leur chambre. Ils sont vite bousculés par Lois qui entre dans la pièce, ouvre les rideaux et prend leurs draps pour les nettoyer. Dépité, Malcolm nous informe qu'il connaît un "gosse" dont la mère l'embrasse pour le réveiller !

Pendant le petit déjeuner, Lois et Hal découvrent une note de téléphone s’élevant à 210 dollars ! Ils découvrent très rapidement que Francis est à l’origine des principaux appels, puisqu’il téléphone régulièrement à sa petite amie Beebee à partir de son école militaire. Grâce à Malcolm qui lui fournit un code, il peut en effet faire passer ses appels sur la ligne de ses parents. Furieuse, Lois prévient l’école militaire de Francis que son fils est privé de téléphone pendant un mois.
À court de moyens, Francis décide de fuguer de son école militaire pour rejoindre sa bien-aimée. Caché derrière la palissade du jardin, il demande de l’aide à Malcolm, son seul complice, qui lui fournit de la nourriture et invente un stratagème pour éloigner Dewey. Malcolm doit également remettre à Beebee une lettre enflammée de Francis ; il se rend alors compte que Beebee n’éprouve pas le moindre sentiment à l’égard de son frère.
Au dîner, Lois apprend que Francis a fugué de son école, et parvient sans aucune difficulté à obtenir les aveux de Malcolm, qui a tout juste le temps de prévenir Francis. Ce dernier parvient tout de même à rencontrer Beebee, mais elle décide de rompre leur relation, laissant Francis anéanti et sans nouvel objectif…

Détail des intrigues

Alors qu’ils dorment paisiblement, les garçons se font brusquement réveiller par Lois qui arrache leurs draps et ouvrent les rideaux. Malcolm envie un de ses camarades que sa mère réveille chaque matin avec un baiser… 

Lois découvre avec effroi le montant de la facture téléphonique de Francis à l’école militaire. Privé de téléphone et ne pouvant donc plus communiquer avec Beebee, sa petite-amie, Francis fugue de la Marlin Academy pour rejoindre sa bien aimée…

Après un voyage éprouvant depuis l’Alabama, Francis trouve refuge dans un bosquet près de la maison et fait de Malcolm son complice, son confident et même son messager auprès de Beebee…

Le petit Dewey ne cesse de faire des cauchemars et vit dans la peur depuis que ses frères lui ont fait croire qu’un monstre vivait dans la maison… 

Anecdotes

  • Dans la version originale, Malcolm, Reese et Dewey ne sont pas privés de télévision, mais de jouer à la Nintendo !

  • Le titre français de cet épisode est une référence au film La Grande évasion réalisé par John Struges en 1963, dans lequel Steve McQueen jouait le rôle d’un déporté qui organisait une évasion de son camp au cours de la Seconde Guerre Mondiale.

  • C’est le seul épisode de la série, dont le titre original fait référence au prénom de Francis.

  • Catherine Lloyd Burns (Caroline), bien que créditée au générique, n’apparaît pas dans cet épisode.

  • Cet épisode fait la mention de la grand-mère Ida, dans la bouche de Francis et Malcolm, avant son apparition officielle dans l’épisode 2.15 – « Conflit de générations » (The Grandparents).

Répliques cultes

    • Lois : Allez, debout là dedans ! Sortez de vos lits, il faut que je lave vos draps avant de partir au boulot. Et je vous préviens, je débarrasse le petit déj’ dans cinq minutes !
    • Malcolm [À la caméra] : Je connais un gosse, sa maman elle l’embrasse le matin pour le réveiller.
    • Malcolm [À la caméra] : Bon, voilà, je suis debout depuis une demi-heure et j’ai avalé mes céréales, c’est là que maman doit me poser exactement la même question qu’elle me pose tous les matins.
    • Lois : Alors, Malcolm. Qu’est-ce qu’il y a de prévu dans ta classe de génies aujourd’hui ?
    • Malcolm : Rien du tout. Tu sais, c’est un cours normal, aussi barbant que tous les autres, sauf qu’on est mis au ban du reste de l’école.
    • Lois : Mis au ban ? Oh, mais t’en apprends des expressions savantes.
    • Hal : Mais enfin, met toi à sa place une seconde. Il est au fin fond de l’Alabama, il est complètement seul enfermé dans son école. Il se sent un peu abandonné, alors il téléphone à sa copine.
    • Lois : C’est une traînée, monsieur.
    • Hal : J’ai jamais dit que c’en était pas une.
    • Lois : Cette fois, j’en ai vraiment assez. Vous êtes punis, je vous confisque la console de jeu.
    • Malcolm : D’accord.
    • Reese : Tu nous as déjà confisqué la console de jeu.
    • Malcolm [À la caméra] : Le plus triste dans tout ça, c’est qu’il se croit vraiment malin de dire ça.
    • Lois : J'ai pas l'intention de me relever. Si ce monstre veut te manger la cervelle, laisse-le faire et profite-en pour te rendormir.
    • Malcolm : Tu m'en donnes un peu ?
    • Stevie : Je peux pas. C'est un sandwich… prescrit par… mon docteur.
    • Malcolm : Un sandwich prescrit par un docteur mais qu'est-ce que c'est que ce délire ? Si tu veux pas m'en donner, dis-le carrément !
    • Stevie : Je veux pas… t'en donner.
    • Beebee : Trois feuilles… et en plus recto verso. On dirait que ça l’amuse de me faire lire. C’est quoi ce mot là ?
    • Malcolm : Consumer… Ça veut dire qu’il t’aime beaucoup.
    • Dewey : Est-ce que le poulorc va donner meilleur goût à mon cerveau ?
    • Hal : Bien sûr, fiston.
    • Hal : Eh, arrêtez de vous battre. Après votre mère ne voudra plus… Enfin, ne lui gâchez pas sa soirée.
    • Lois : Francis a fait quoi ?
    • Hal : Adieu ma nuit de folie.
    • Lois [À un couple dans un parc] : Eh, vous deux, à quoi est-ce que vous jouez ?
    • adolescent : Je vous demande pardon ?
    • Lois : Vous vous rendez compte de la bêtise de votre comportement ?
    • adolescent : Euh, en fait, j’ai une boîte de…
    • Lois : Ah, remets ça dans ta poche ! Je voulais pas parler de ça. Tu devrais avoir honte de toi. Vous savez pas comment tout ça va finir.
    • adolescente : Madame, est-ce qu’on vous connaît ?
    • Lois : Non, mais moi je te connais ! Tu es jeune, tu es mignonne, tu adores faire tourner la tête des pauvres garçons de seize ans, comme cet imbécile. Pour toi c’est un jeu. Tu t’en fiches, tu passeras à autre chose dans deux jours, en te moquant bien du mal que ça lui fera. Mais moi je te dis attention, un cœur c’est une petite chose très fragile, ça ne se traite pas n’importe comment.
    • Malcolm : Regarde pas ses yeux, regarde pas… Ce matin, euh, c’est Dewey, il a mis le sandwich dans le magnétoscope !
    • Beebee : Écoute, tu es un garçon gentil et toutes ces lettres que tu as envoyé , enfin les passages que j'ai capté étaient vachement chouettes, mais je sais pas comment dire… C'est plus comme avant quoi. C'est dur à expliquer.
    • Francis : Essaye quand même.
    • Beebee : J'aimais bien notre relation quand tu étais loin parce que c'était chouette, tu téléphonais tout le temps pour me dire plein de choses vachement gentilles, sans que j'aie rien à faire en échange. Ouais, c'est ça.
    • Dewey : Et alors le monstre a grogné après moi et je lui ai jeté de grosses pierres et je l’ai tué. Et là il s’est envolé grâce à des fusées et je me suis accroché à lui. Et maintenant le monstre est mon copain et je partage les esquimaux avec lui.
    • Reese : Arrête de mentir, tout ça c’est que des bobards !
    • Hal : Reese… Si Dewey dit que ça c’est passé comme ça, il y a aucune raison de pas le croire.
    • Reese : Mais moi personne ne me croit quand je dis que j’ai fini Mortal Kombat !
    • Hal : Parce que ça c’est ridicule. On ne peut pas battre Sub-Zero.
    • Francis : Beebee vient de me larguer…
    • Malcolm : Ah… Est-ce que ça va ?
    • Francis : Ça devrait aller… Y a comme une sensation de paix qui envahit complètement ton corps au moment où ta dignité vole en éclats. C’est chouette…
    • Malcolm : Je suis vraiment désolé...
    • Francis : Non… c’est le genre de désagréments auquel il faut se préparer à partir du moment où tu tombes amoureux. C’est écrit en tout petit en bas du contrat, mais personne te force à signer.
    • Hal : Alors, ça a été avec Beebee ?
    • Francis : On s’est séparés.
    • Hal : C’est douloureux ?
    • Francis : Très douloureux.
    • Hal : Désolé, fiston. J’aimerais pouvoir t’assurer que ça passera, mais… honnêtement j’en sais rien du tout. J’ai jamais été largué.
    • Francis : Maman est vraiment en boule ?
    • Hal : Ben, disons qu’il vaudrait mieux mettre cent bornes entre elle et nous avant de lui poser la question.

Musiques

    • Musique "Zip-Lock" - Lit
      Scène Francis voyage en auto-stop.
    • Musique "Don’t Cry" - They Might Be Giants
      Scène Hal et Francis sont en voiture, en route vers la maison.

Erreurs & Faux raccords

  • Après avoir reçu l’appel de Francis, Hal essaie de calmer Lois. Au second plan, à côté du téléphone, les mugs changent de couleur et disparaissent même au fil de la scène.

  • Hal et Reese discutent de Mortal Kombat et disent qu’il faut battre Sub-Zero pour finir le jeu. Or, le dernier méchant à battre est Shang Tsun.

  • À la fin de l’épisode, lorsque Hal et Francis discutent en voiture, on peut voir les phares de la voiture qui les suit éclairer le pare-brise arrière. Sur le plan suivant, Hal roule sur une route déserte.

  • Dans cet épisode, Hal confie ne jamais s’être fait larguer. Pourtant, on apprendra plus tard dans l’épisode 4.03 – « Famille, je vous hais ! » (Family Reunion) qu’il reproche à son père de ne pas l’avoir soutenu après que sa petite amie l’a largué.


Commentaires